Ventilateurs Blease série 700/900

Spacelabs Healthcare fournit les informations suivantes en réponse aux questions concernant l’utilisation des ventilateurs d’appareils d’anesthésie Blease série 700/900 en-dehors des indications autorisées par la Food and Drug Administration (FDA) américaine pour aider à répondre à la pandémie de COVID-19. Selon les recommandations de la FDA de mars 2020 concernant les ventilateurs et autres appareils respiratoires, la FDA indique qu’une modification de l’utilisation, permettant l’utilisation d’appareils d’anesthésie au gaz pour les patients nécessitant une ventilation mécanique, ne créerait pas de risque excessif. Veuillez consulter les informations ci-dessous, ainsi que les documents suivants, pour faciliter l’utilisation des ventilateurs d’appareils d’anesthésie Blease série 700/900 :
(these are linked to PDF pages that are part of these translations project)

Consignes d’utilisation

  • L’utilisation des ventilateurs d’appareils d’anesthésie Blease série 700/900 est autorisée pour la ventilation mécanique des patients adultes et pédiatriques sous anesthésie générale (K112729)

Déclaration de modification des consignes d’utilisation

  • L’utilisation des ventilateurs d’appareils d’anesthésie Blease série 700/900 sur des patients adultes et pédiatriques, non sous anesthésie générale, n’a pas été autorisée par la FDA.

Recommandation de Spacelabs

  • Lorsque l’on envisage d’utiliser les ventilateurs d’appareils d’anesthésie Blease série 700/900 pour traiter des patients adultes et pédiatriques COVID-19, et non sous anesthésie générale, il est nécessaire de s’assurer qu’une intervention clinique bien informée est disponible pour garantir la sécurité du patient. En outre, une expertise clinique est nécessaire pour adapter les procédures et l’équipement afin de garantir l’utilisation de réglages de ventilateurs et de matériaux de circuits respiratoires appropriés.

Récapitulatif

  • Les appareils d’anesthésie sont généralement équipés de ventilateurs très performants qui répondent aux besoins de la plupart des patients atteints de maladies respiratoires nécessitant une assistance respiratoire mécanique. Les professionnels de l’anesthésie doivent fournir une consultation et un soutien afin de garantir que les anesthésiques ne sont pas administrés par erreur et que les réglages des ventilateurs sont gérés correctement.
  • La pénurie de ventilateurs d’USI devrait poser un problème si le nombre de patients infectés par la COVID-19 et souffrant d’une défaillance respiratoire dépasse le nombre de ventilateurs disponibles.

Recommandations relatives à l’utilisation des ventilateurs Blease

  • L’utilisation du capteur de débit proximal est essentielle pour garantir un volume courant adéquat au patient et pour optimiser la détection de la respiration.
  • OPTION 1 (recommandée si l’on dispose d’une réserve suffisante d’absorbants de CO2 et d’un professionnel de l’anesthésie qui s’occupe de l’appareil) : Réduire le débit total de gaz frais bien en dessous de la ventilation minute. 1 à 2 litres par minute devraient être suffisants pour la plupart des patients et permettront de conserver à la fois l’oxygène et l’humidité. La surveillance exigera que les alarmes soient réglées pour une concentration minimale d’oxygène inspiré et un CO2 inspiré de 5 torr. En outre, l’inspection doit inclure la recherche d’humidité dans le circuit respiratoire et le dégonflage du sac-réservoir en raison de fuites. Il est prudent d’augmenter le FGF toutes les quatre heures pour dépasser la ventilation minute afin de faciliter le séchage des composants internes du circuit. Si la gestion de l’excès de condensat devient un obstacle aux bons soins, l’augmentation du débit de gaz frais peut réduire l’accumulation d’eau. Il faut savoir que les cartouches de CO2 Blease ne se ferment pas d’elles-mêmes lorsqu’on les retire. Le patient devra être ventilé manuellement lors du changement des cartouches de CO2.

Remarque : si le circuit est déconnecté du patient, régler d’abord le ventilateur en mode manuel. Cela permettra de préserver le gaz dans le circuit. Sinon, des débits élevés peuvent être nécessaires pour rétablir le volume du sac-réservoir après la déconnexion.

    • OPTION 2 (recommandée en cas de pénurie d’absorbants de CO2 et si l’apport en oxygène n’est pas un problème) : Augmenter le débit total de gaz frais pour atteindre ou dépasser la ventilation minute. Les absorbants de CO2 seront très peu utilisés, voire pas du tout, puisque l’objectif est de réduire la réinspiration. Si le CO2 inspiré est présent sur le capnogramme, l’augmentation du débit total de gaz frais jusqu’à ce que le CO2 inspiré soit nul éliminera la réinspiration. Le manque d’humidité dans le gaz frais peut devenir un problème. Au minimum, un ECH ou un FECH sera nécessaire et un humidificateur actif doit être envisagé. L’utilisation d’un débit élevé de gaz frais ne constitue pas l’option privilégiée en raison de la forte utilisation de l’oxygène et de la difficulté à distribuer des gaz humidifiés. La surveillance est facilitée, mais nécessitera toujours des alarmes pour les concentrations de CO2 et d’oxygène inspirées. L’absorbant de CO2 doit toujours être laissé en place, mais en cas de débit élevé et continu, il ne devra pas être changé souvent, voire pas du tout.